Stéphane Gubert fait partie de ces artistes pour qui créer est un acte vital, un prolongement de sa sensibilité, de ses émotions et de son vécu.

Dans chacune de ses séries de peintures, on retrouve une identité singulière marquée par une palette de couleurs, un trait, et des codes populaires.

Son style s’inspire des grands maîtres qui le nourrissent et le passionnent et auxquels il aime faire référence et surtout rendre hommage à Roy Lichenstein, Hervé Télémaque, Erro, Jean Dubuffet, Valerio Adami…

Chacune de ses œuvres aborde ainsi un thème, un quotidien, une fragilité, une déviance de notre société ou une actualité qui l’anime, le touche et l’affecte.

Pudique et sensible, il brouille les pistes en offrant plusieurs degrés de lecture de son œuvre. Au premier abord l’esthétique domine l’œuvre pour mieux masquer le message et le sens comme un jeu de piste.

Entre peinture, BD, graff, popart, au style finalement inclassable dans les cases … son ADN est là : un travail sérieux qui ne se prend pas au sérieux.